Séries

  • La cellulite – partie 3

    Exercice physique

    Même si le poids n’est pas en cause, il est souhaitable de s’adonner régulièrement à l’exercice physique pour renforcer le tonus musculaire et améliorer la circulation sanguine.

    • Le cardio pour perdre la cellulite

    Les activités dites « cardio » ( Course à pieds, vélo, natation…) sont celles vers lesquelles on se tourne spontanément quand on veut perdre du poids. Les dimanches de printemps voient ainsi les forêts fleurir de marcheurs, joggeurs et cyclistes suréquipés. Les salles de fitness se remplissent quant à elles d’adeptes de cours collectifs classiques tels que le step, ou plus tendance comme la zumba.

    Transpirer semble être synonyme d’efficacité quant il s’agit d’éliminer les kilos en trop. Ce n’est pas complètement faux puisqu’en pratiquant des activités cardio à une intensité modérée on consomme des lipides (graisses) qu’on utilise comme carburant. Pour un débutant, toute activité est bonne à prendre et entraînera forcément des progrès. De plus, ces séances de cardio apportent de nombreux bienfaits sanitaires ! Elles favorisent la circulation des fluides et le retour veineux. Cela permet de lutter contre une des causes de la cellulite, qui est justement une stagnation des liquides intercellulaires.

    Toutefois, les effets d’une séance de cardio sur la dépense énergétique cessent très rapidement sitôt celle-ci achevée. (A moins d’y mettre une très grande intensité et tout le monde n’en n’est pas capable…). Je ne recommande pas le calcul des calories, mais il est parfois utile de sortir la calculatrice afin de s’apercevoir que brûler un simple Big Mac nécessite pas moins de trois footings de 30 minutes ! Et c’est deux mois à ce rythme tri-hebdomadaire qu’il faudra tenir si vous souhaitez dépenser l’équivalent d’un seul kilo de gras.

    Deux exemples dont le seul but est de bien vous faire comprendre que ce n’est pas votre footing dominical qui va vous aider à dire adieu à cette peau d’orange…

    Petit rappel : le muscle ne va pas forcément aller chercher le gras qui se trouve le plus près, concrètement, il ne suffit pas de pédaler pour affiner ses cuisses. De plus, et contrairement à la musculation, le cardio n’est pas assez intense et puissant pour stimuler les hormones agissant sur les graisses des zones récalcitrantes. Le cardio va souvent se contenter de déloger les graisses dans des zones d’accès facile comme la poitrine… À effectuer en complément d’exercices sportifs adaptés.

    • Comment s’en débarrasser avec le sport ?

    Les cellules grasses qui constituent la cellulite sont les plus difficiles à déstocker : elles ont en effet besoin d’être assaillies par une grande quantité d’adrénaline. Les petits récepteurs situés à leur surface sont alors saturés et réagissent en libérant leur contenu… Il se trouve que la musculation est certainement le meilleur moyen de produire ce nécessaire flot d’hormones.

    Attention, il faut y mettre une certaine intensité et ne pas se contenter des machines qui ciblent un muscle en particulier. Il faut plutôt s’aventurer du côté des barres et des haltères qui permettent d’exécuter des mouvements globaux beaucoup plus efficaces car sollicitant une plus grande masse musculaire.

    L’idéal consiste à faire suivre votre séance de musculation de 20 à 30 minutes de cardio à intensité modérée, afin justement de brûler le gras remis en circulation. (Ce gras qui ne se libère pas au cours d’un entraînement cardio.)

    Dernier point : A moyen terme la musculation a également la capacité d’augmenter le métabolisme de base (donc votre consommation de calories au repos) . En effet, ce sont les muscles qui consomment du gras, et des muscles actifs et dynamiques réclament plus d’énergie que des muscles inactifs et sans tonus ! Si vous vous musclez un peu, il sera donc plus facile de ne pas grossir.

    L’exercice physique, une alimentation équilibrée et un travail personnel sur l’image de soi (qui permet de ne pas se laisser dominer par le désir de changer son image au-delà de ce qui est possible) sont les meilleures attitudes à avoir devant la cellulite.

    Cellulite – orange skin effect in women’s thighs

    En savoir plus

  • La cellulite – partie 2

    Alimentation :

    Il faut éviter l’excès de sel (croustilles, plats préparés industriels, sauces du commerce, etc…), qui contribue à la rétention d’eau et à l’engorgement des tissus.

    On veillera, de façon générale, à bien s’hydrater.

    Pour déloger les capitons, il faut aussi veiller au contenu de son assiette. En vedette contre la cellulite : les nutriments qui améliorent le retour veineux, drainent, favorisent le déstockage et entretiennent les muscles.

    recentrez-vous.be

    LES ACIDES GRAS INSATURÉS POUR LUTTER CONTRE LES RADICAUX LIBRES

    Une alimentation riche en antioxydant aide à renforcer la peau et à lutter contre les radicaux libres, en partie responsables de la cellulite. Il est donc important de viser des apports suffisants en vitamine E, qui permet de renforcer les veines.

    Parmi les aliments qui en sont particulièrement riches, notons l’huile de pépins de raison, de germe, de blé et de colza, les noisettes, les noix et les amandes fraiches ou encore l’avocat. On pense aussi aux sardines et autres poissons gras, poissons des mers froides ou olives de préférence situés en bas de la chaîne alimentaire.

    En somme, tous les aliments riches en acides gras insaturés.

    LA VITAMINE C ET DES FLAVONOÏDES POUR UNE PEAU SAINE DE L’INTÉRIEUR

    Ultra-riche en antioxydant et détoxifiante, la vitamine C est elle aussi une excellente alliée anti-cellulite. On la trouve bien entendu dans les baies (fraises, myrtilles, framboises et cassis), le kiwi, mais également dans les agrumes, tels que le pamplemousse, l’orange ou le citron.

    Certains flavonoïdes sont également connus pour leurs vertus antioxydantes. Ils deviennent alors de précieux alliés pour renforcer la peau et la rendre plus saine. Ces flavonoïdes antioxydants se trouvent notamment dans les brocolis, les oignons, ainsi que dans la sauce soja en plus d’une alimentation haute en couleurs.

    DU POTASSIUM POUR DRAINER LE SYSTÈME LYMPHATIQUE

    Pour améliorer la circulation lymphatique qui permet une meilleure élimination des toxines, on mise sur les aliments riches en potassium. Au menu : des légumineuses (les lentilles vertes, corails, blondes, les pois chiches et les petits pois, cerises, fruits secs (abricots secs et dattes notamment) et fruits-oléagineux (amandes, noix, noisettes et pignons de pin). On compte aussi sur les légumes à feuilles vertes foncées, tels que les épinards et les bettes. On pense aussi à la levure de bière, que l’on ajoute régulièrement aux salades.

    DES ALIMENTS DIURÉTIQUES CONTRE L’INSTALLATION DES GRAISSES

    Pour détoxifier l’organisme, lutter contre la rétention d’eau et l’installation des graisses, les aliments diurétiques n’ont pas leur pareil. On pense notamment aux épinards, panais, chou frisé vert, champignons, chou de Bruxelles, fenouil, artichaut et blettes pour les plus riches.

    DES ALIMENTS QUI ACTIVENT LA CIRCULATION SANGUINE POUR UN MEILLEUR DRAINAGE

    La cellulite est souvent liée à une mauvaise circulation sanguine. Pour l’activer, on mise sur le drainage et on limite ainsi l’installation des capitons. Nos aliments fétiches en la matière sont les fruits rouges : framboises, groseilles, mûres, mais aussi le raisin. Autres alliés de poids : l’oignon, l’ail et l’échalote. 

    DES FIBRES POUR PIEGER LES GRAISSES

    Les aliments riches en fibres sont de parfaits alliés dans la lutte anti-cellulite. Au rang des légumes les plus intéressants : l’aubergine et l’artichaut notamment. Le persil, s’il est riche en fibre, il présente également de nombreuses vertus qui aideront à lutter contre la cellulite : il est diurétique et détoxifiant (grâce à sa forte teneur en vitamine C).

    LES PROTÉINES POUR RENFORCER LES MUSCLES ET CHASSER LES GRAISSES

    Idéales dans le cadre d’un programme de renforcement musculaire, les protéines favorisent l’élimination des graisses. Dans la lutte anti-cellulite, on mise particulièrement sur les protéines d’origines végétales, les principales sources résident dans les céréales complètes (blé, maïs, riz, seigle…), les légumineuses (fèves, haricots secs, lentilles, pois secs…), le tofu ainsi que le seitan.  Mais également sur la viande blanche, les œufs, les poissons et les produits laitiers maigres.

    NOS ENNEMIS JURÉS DE LA LUTTE ANTI-CELLULITE : LE SUCRE RAFFINÉ ET LES GRAISSES SATURÉES

    S’il n’existe pas d’aliment miracle pour déstocker la cellulite, quelques règles de bon sens nutritionnel s’imposent pour en éviter l’installation et lutter contre son retour. A chaque repas, on veille ainsi à optimiser ses apports en aliments riches en fibres et en vitamines. On privilégie une assiette aux couleurs variées, grâce à des légumes verts, rouges et orange.

    Les aliments anti-cellulite identifiées, on peut également pointer du doigt ses ennemis. Parmi leurs principaux composants : le sel, le sucre raffiné et les graisses saturées. On limite donc au maximum la consommation de produits bourrés de sucres, cachés ou non. Produits de biscuiterie, viennoiseries, sucreries et plats tout prêts (de la salade toute prête au sandwich, en passant par les plats cuisinés prêt à l’emploi). Tout autant que les charcuteries et l’alcool notamment.

    En somme, pour éviter la formation de cellulite et aider à sa disparition, il suffit de suivre trois des principes nutritionnels suivant : limiter le sucre, s’hydrater au maximum et optimiser sa consommation de fruits et de légumes.

    Recentrez-vous

    En savoir plus

  • La cellulite – partie 1

    Qu’est ce que la Cellulite ?

    La cellulite n’est en réalité qu’un amas de cellules adipeuses (cellules graisseuses) classiques, mais dont les capacités de stockage sont saturées. Elles vont ainsi bloquer la circulation des liquides, et notamment la lymphe dont l’un des rôles est de transporter les toxines vers les organes aptes à les traiter. Les toxines ne pouvant plus être évacuées, elles vont alors s’accumuler et créer une inflammation dans les zones concernées.  Cela va renforcer le gonflement déjà ressenti à cause de la mauvaise circulation. L’une des autres conséquences désagréables est esthétique : la peau, comprimée elle aussi par ce phénomène inflammatoire, perd de son élasticité. Elle adopte alors ce fameux aspect de peau d’orange caractéristique de la présence de cellulite. Ce que l’on voit à l’extérieur n’est donc que le reflet des désordres intérieurs…

    Reconnaitre :

    • Des amas graisseux sous la peau qui lui donnent l’apparence d’une peau d’orange. Habituellement, la cellulite apparaît à l’arrière des cuisses, sur les fesses, sur le ventre, sur la nuque, en haut des bras, ou sur la face interne des genoux.
    • Une sensation de constriction et de lourdeur dans les régions atteintes.
    • Une sensibilité à la palpation ou à la pression, durant un massage par exemple.
    • Parfois, des crampes dans les jambes.

    Personnes à risque :

    • Les femmes sont plus touchées que les hommes. Les hormones féminines, les oestrogènes et la prolactine (durant la grossesse), contribueraient à la cellulite. La puberté, la grossesse, l’allaitement, les menstruations et un traitement aux oestrogènes en sont souvent des éléments déclencheurs. Ces hormones stimulent l’accumulation des graisses et rendent le tissu conjonctif moins souple. Par ailleurs, le corps de la femme est plus sensible à la cellulite, parce qu’il contient 2 fois plus de cellules adipeuses que l’organisme masculin. Soulignons aussi que la peau des hommes est plus épaisse et que leurs cellules graisseuses sont plus petites et plus serrées.
    • Les femmes dont les mères ont eu une peau fortement marquée par la cellulite courent plus de risque d’être atteintes à leur tour.

    Facteurs de risque :

    • L’alimentation. Un apport excessif en sel, une diète riche en glucides (sucres), en lipides (gras) et pauvre en fibres alimentaires risquent de contribuer à la cellulite.
    • Le manque d’exercice physique. La sédentarité contribue à aggraver la cellulite. Les muscles des jambes exercent un effet de pompe pour aider le sang à circuler dans les veines. Une masse musculaire peu développée tend donc à ralentir la circulation du sang dans les veines des jambes (appelée « retour veineux »).
    • Le tabagisme. La nicotine altère la circulation du sang dans les petits vaisseaux sanguins et diminue l’oxygénation des tissus.
    • La prise de contraceptifs oraux ou de certains médicaments, dont les oestrogènes, les antihistaminiques et les corticostéroïdes

    Le poids a-t-il une influence sur la cellulite? Il semble que la cellulite se retrouve autant chez les femmes minces que chez celles qui sont en surpoids. La prise de poids ne serait pas à l’origine de la cellulite, affirment les experts. Cependant, elle pourrait la rendre plus apparente.

    Peut-on prévenir ? Il est généralement impossible de prévenir la cellulite, puisque des facteurs héréditaires et biologiques entrent souvent en ligne de compte. L’exercice physique régulier et une alimentation saine permettent de maintenir le plus longtemps possible un bon tonus de la peau et une bonne circulation sanguine.

    En cas de cellulite aux fesses ou sur les jambes, pour ne pas l’aggraver, attention à tout ce qui entrave le retour du sang des jambes vers le coeur. Mesures pour prévenir l’aggravation :

    • Porter des vêtements suffisamment amples. S’ils serrent trop les jambes ou la taille, le sang remonte plus difficilement vers le coeur par les veines.
    • Varier la posture. Éviter de rester de longues périodes dans une position statique, debout ou assise.
    • Éviter la chaleur. La chaleur dilate les veines, tandis que le froid les tonifie. À éviter : les douches et les bains très chauds pris régulièrement.
    • Porter des chaussures à talons plats. Les chaussures à talons plats font davantage travailler les muscles des mollets et aident par conséquent les veines à faire leur travail.

    Traitements :

    Il n’existe pas de traitement qui puisse éliminer la cellulite. Les experts recommandent d’agir sur plusieurs fronts à la fois afin d’obtenir le plus d’effet possible sur la cellulite. Quelques changements dans l’alimentation et une pratique accrue d’activités physiques sont les premières mesures à envisager.

    Le marché anticellulite propose une panoplie de produits et d’interventions souvent coûteux, qui peuvent améliorer l’apparence de la cellulite de façon temporaire seulement. 

    Il s’agit de crèmes, de gels, de massages vigoureux à l’aide d’appareils, de traitements au laser, par radiofréquences ou par ultrasons et d’injections de substances dans la couche superficielle de la peau ou un peu plus en profondeur. La chirurgie peut aussi estomper la cellulite.

    • Les crèmes et gels (rappel : la peau est hermétique) :

    Une crème amincissante digne de ce nom contient forcément de la caféine, et parfois d’autres actifs censés améliorer la tonicité de la peau. 

    Concernant cette dernière allégation , il faudrait plusieurs mois d’application régulière et une évaluation par échographie cutanée ou biopsie pour voir une différence, avec une traduction clinique souvent pauvre. 

    En revanche, avec la caféine en application percutanée, il est relativement rapide d’arriver à perdre un peu de tour de cuisses, pour la simple raison que cette substance draine l’eau accumulée superficiellement dans les tissus. 

    Les premières ravies seront les femmes ayant une mauvaise circulation veineuse ou lymphatique des membres inférieurs, une tendance à gonfler avec les variations hormonales du cycle menstruel, une cellulite hydrique.

    En gros, celles qui font de la « rétention d’eau » seront transitoirement améliorées.

    En revanche, il ne faut pas compter sur une action au niveau de la graisse, trop profonde pour être atteinte par la crème (à supposer d’ailleurs que les molécules actives soient assez petites pour franchir la barrière cutanée…). 

    Il n’y a donc aucune possibilité de traiter la cellulite (ces amas graisseux cloisonnés chez la femme) par des crèmes !

    Alors, que peut-on attendre d’une crème dite « amincissante » ? Un drainage temporaire de l’eau des cuisses, et aucune amélioration de la cellulite pour faire simple.

    Recentrez-vous
    • Drainage lymphatique manuel. Il s’agit d’une technique de massage basée sur des mouvements effectués le plus souvent par un masseur kinésithérapeute ou une esthéticienne stimulant le retour lymphatique, captant le liquide interstitiel entre les lobules graisseux et réduisant donc la composante lymphatique de l’œdème . Cette technique a démontré une efficacité à l’aide d’images tridimensionnelles échographiques, mais les résultats observés ne sont pas permanents. Il faut donc renouveler régulièrement les drainages en association avec les autres soins pour obtenir un résultat durable.
    • Le Vinali. Soin de la peau et protection très large, 3 composants principaux :
    • L’extrait de pépins de raisin: 

    –  Aide à soutenir la santé cardiovasculaire

    –  Favorise la santé du cerveau, de la peau et des yeux.

    –  L’un des rares antioxydants qui peut pénétrer dans la barrière hémato-encéphalique et fourni une protection antioxydante au cerveau et aux tissus nerveux.

    • Vitamine C :

    – Elle est crucial pour la formation et le maintien du collagène, la base du tissu conjonctif trouvé dans la peau, les ligaments, le cartilage, les disques vertébraux, les doublures des articulations, les murs capillaire, les os et les dents

    – Elle est essentielle pour la cicatrisation des plaies et pour la réparation et l’entretien des os et des dents saines.

    – Supporte les glandes surrénales pour stimuler l’immunité et aide à produire de l’énergie.

    1. Cerise Acérola : 

    – Fournit et soutien nutritionnel au système immunitaire.

    – Protège contre les dégâts des radicaux libres avec ses capacités antioxydants

    – Favorise le développement tissulaire et aide à la production de collagène

    Bon à savoir avant d’entreprendre un traitement :

    • Aucune des méthodes offertes sur le marché ne peut promettre d’éliminer la cellulite. Au mieux, on observe une amélioration temporaire de l’apparence de la cellulite.
    • Certaines personnes répondent mieux que d’autres aux traitements. Il est très difficile de s’avancer sur leur efficacité pour un individu en particulier. Il arrive que la cellulite ne s’améliore pas à la suite des traitements.
    • Peu de temps après l’arrêt des traitements, leurs bénéfices s’atténuent . Il faut les poursuivre pour obtenir un effet durable.
    • Les traitements qui recourent aux ondes, au laser ou à des injections peuvent avoir des effets indésirables rares, mais difficiles à corriger, comme des cicatrices ou un brunissement de la peau.

    En savoir plus